Fibromyalgie : cas clinique 1 

 

                                                                                                                        Docteur …………..

                                                                                                                        Rue

                                                                                                                        67 200 Strasbourg

                                                                                                                        France

                                                                                                                        

                                                                                                                         Bruxelles, le 15 mai 2018

 

Cher confrère,

 

J’ai eu l’occasion de revoir votre patiente M……… M…….  pour son suivi en médecine fonctionnelle.

Pour rappel en août 2016

--étiquetée de fibromyalgique

--risque cardiovasculaire lié au tabagisme

--mauvaise circulation sanguine

--signes de dysbiose intestinale

 

--sensation d’oppression avec la DHEA et la Méthylprednisolone

--troponine élevée suite à une sensation d’obstruction des voies respiratoires

--ATCD de diabète type I dans sa famille et diabète type II chez son papa

--hypothyroïdie

La biologie mettait en évidence :

--hémoglobine basse due probablement à une maladie sanguine liée aux origines méditerranéennes de la patiente

--ferritine basse liée à des règles abondantes

Syndrome prémenstruel qui, s’il n’est pas pris en charge, augmente le risque de cancer du sein

Je l’avais mise sous progestérone en fin de cycle

--signes de manque de sérotonine que j’avais traités par du 5 http

--beaucoup de signes de manque de cortisol mais elle n’a pas supporté le traitement

Lorsque j’avais revu la patiente en septembre 2016 :

--meilleure gestion de son poids

--régression de la dyspnée

--stop gluten

La biologie mettait en évidence :

--hématocrite amélioré de 36 à 40

--ferritine toujours effondrée

--allergies alimentaires violentes : œufs, froment, caséine, gluten

Il faut absolument les arrêter complètement sous peine de persistance de la fibromyalgie

--disparition de l’alternance diarrhée/constipation

--régression des signes de manque de magnésium

--confirmation de l’hypothyroïdie avec une T3 libre effondrée à 3.6

Je l’avais mise sous Euthyral à doses croissantes

--cortisol 4 x trop bas

--DHEA aussi 4 x trop basse

--progestérone trop basse

 

Je revois la patiente ce jour :

 

--mon collègue le Dr……. lui a prescrit la mini pilule en continu

--perte de 2 kilos en 1 semaine : la patiente est contente

En effet le manque e progestérone entrainait une rétention d’eau chez la patiente, d’ou le syndrome prémenstruel.

--disparition de tous les signes de dysbiose : crampes et ballonnements, alternance diarrhée/constipation

Elle a bien entendu fait une éviction pour tous les allergènes : gluten et produits laitiers

--stop  oppression respiratoire

--performances sportives en amélioration, sportive de haut niveau

--disparition des douleurs ce qui est encore la preuve que la fibromyalgie est une pathologie inventée pour dire : « Je ne sais ce que vous avez, je ne peux pas vous guérir »

--il lui reste 5 kilos à perdre

--psychiquement elle va bien

--le sommeil est bon

 

Examen de la biologie : cf. Modules « Suivi biologique » ci-joint

 

B12 : optimalisée, continuer B12-IF sous la langue 2/jour

B9 : acide folique, parfait

 

Hématocrite : on passe de 36 , on est à 40.3

 

Ferritine : en nette amélioration puisqu’n passe de 8 à 30

La ferritine va encore s’élever grâce au fait qu’on a mis une mini pilule en continu

Je conseille à la patiente de ne prendre son fer Sideryl que 1 jour sur 2 et seulement 2 comprimés

On sait en effet depuis 1 an que celui-ci est mieux absorbé 1 jour sur 2 qu’1 x/jour

 

Fonction rénale : optimale

Créatinine élevée : masse musculaire importante

 

Biochimie des glucides : tout est parfait

 

Potassium : manque important

Magnésium : déficit également

La patiente étant très sportive, continuer Acidial et Alcarecup : citrates de mg et potassium

Cliniquement elle n’a pas de signes de déficience

Le problème du manque de magnésium et de potassium sans signe clinique peut être lié a un problème de délais d’acheminement du sang au labo.

Continuer la complémentation telle quelle

 

Biochimie des lipides : impeccable

Bon cholestérol HDL élevé, pas de risque athérogénique

Vitamine D : impeccable

Continuer le traitement actuel tel quel qui lui convient parfaitement bien : Bio D Mulsion forte : 5 gouttes/jour = 10.000 ui/J

 

Tests hépatiques : optimal

 

Biologie thyroïdienne :

T3 libre toujours trop basse, on passe de 3.6 à 3.8 mequ/l, encore trop basse

Signes résiduels d’hypothyroïdie : un poids toujours trop élevé, cholestérol normalisé, stop œdème périorbitaire, stop perte de cheveux et ongles fragiles, stop gastroparésie, stop bradypsychie

Tous les signes ont disparu sauf le poids un peu trop élevé

 

J’ai l’explication à la discordance entre les signes et la biologie, la patiente a probablement oublié son traitement la veille au matin

Je propose de continuer avec 1 comprimé/jour qui lui convient parfaitement bien

 

Point de vue antioxydants :

 

Vitamine A : normale

 

Sélénium : normal

 

Zinc : trop bas, prendre Zincyl 2 x 2/jour

 

Anticorps anti-LDL oxydés : toujours positifs malgré la prise d’Aodyn, Flavodyn … que la patiente ne prend pas régulièrement, il est donc possible que cela en soit la cause

Prendre 1 à 2/jour de chaque, qu’elle passe à 2 lorsqu’elle s’entraîne

 

Cortisol : indétectable ceci est dû à la prise de cortisol extérieur synthétique : Méthylprednisolone 4 mg ce qui a d’ailleurs pu guérir les signes fibromyalgiques liés à un cortisol bas

Je propose de diminuer à 2 mg

 

DHEA : parfaite, continuer avec 50 mg de DHEA/jour et 2 mg de Méthylprednisolone

 

Testostérone : impeccable

 

LH-FSH : basses, pas de ménopause en vue

 

Œstradiol : un peu bas

 

Progestérone : trop basse

La patiente est sous mini pilule, on laisse les choses telles quelles

 

Les tests intestinaux mettent encore en évidence des tests positifs pour la candidose intestinale, et des tests positifs pour une dysbiose bactérienne

 

IgG alimentaires : positifs pour :

--les œufs néanmoins il suffit de bien les cuire pour détruire la protéine responsable de l’allergie

--froment et gluten : à arrêter complètement

--caséine : commune à tous les laits d’origine animale

 

Continuer Perméabilité Intestinale pour l’instant nonstop

Ne jamais arrêter pré et probiotique sous peine de récidiver de la dysbiose

Je la mets pendant 5 mois sous Candiliance 2 le matin et 2 le soir

Je donne également Bio Para, qui contient 10 huiles essentielles : 2 le matin et 2 le soir pendant 3 mois

En parallèle continuer un pré biotique tel que Perméabilité Intestinale : 2 x 2/jour

 

Bien entendu comme la patiente est sous mini pillule, elle peut arrêter la Bromelase Forte que j’avais donné pour viser une diminution des saignements menstruels.

Elle va bien psychiquement, on peut arrêter les protéines à base de tryptophane

Curcumin activé/gingembre/noix de muscade à la demande en cas de douleurs inflammatoires plutôt que prendre Dafalgan ou autre anti-inflammatoire

 

Je propose de revoir la patiente pour un petit contrôle dans 1 an sauf si problème

 

Rappel pour la prise de sang :

--prendre l’Euthyral après la prise de sang ce jour-là (et ne pas l’oublier 😉)

--prendre l’Euthyral après la prise de sang les jours d’avant 

 

Avec ces renseignements, veuillez agréer cher confrère, mes sentiments les meilleurs.

 

Dr Résimont

Fibromyalgie : cas clinique 2 

 

                                                                                                                            Docteur M...

                                                                                                                            Docteur G...

                                                                                                                            Clinique … / Service Rhumatologie

                                                                                                                            Bruxelles, 3 Août 2014

 

Chères consœurs,

 

J’ai eu l’occasion de voir votre patiente ……. âgée de 29 ans qui consulte pour un problème complexe.

Pyrosis avec hernie hiatale non réductible d’abord traitée par Nexiam et ensuite Ranitidine Elle a stoppé le traitement sans détérioration de son état. Il faut savoir qu’un traitement par IPP ou Ranitidine entraîne systématiquement une malabsorption de la vitamine B12 ce qui entraîne un manque d’énergie physique et psychique, augmentation du risque cardiovasculaire, cancérologique et dépressif par troubles de méthylation, augmentation de l’Homocystéine

 

Homocystéine :

Doit être inférieure à 8, c’est un des marqueurs les plus sensibles du risque cardiovasculaire, cancéro et dépressif. L’augmentation est liée à la carence en B6 B9 ou B12 et l’hypothyroïdie: trouble de la méthylation. 

 

Moyen de contraception : pilule

La patiente présente des douleurs musculaires et articulaires depuis l’âge de 18 ans et elle a été taxée de « fibromyalgique »

 

FIBROMYALGIE:

La fibromyalgie est tout comme le diabète type 2 - la migraine - l’obésité - l’ostéoporose - la dépression non réactionnelle, etc.... une maladie fonctionnelle c.a.d guérissable en quelques semaines.. moyennant une modification alimentaire radicale, (suppression totale du gluten et des produits laitiers, alimentation protéinée le matin), correction des déficiences micro nutritionnelles (magnésium - fer - Vit D - B9 - B12 - sélénium - coenzyme Q10, etc...) et optimalisation des taux hormonaux: thyroïde (100% d’hypothyroïdie) cortisol (quasi 100% de déficience) DHEA - œstrogènes - testostérone - hormone de croissance - ocytocine, etc..

De plus, il y a toujours une dysbiose intestinale qui engendre une intoxication grave du patient via les cytosines et qui nécessite la résolution des causes : hypothyroïdie et sensibilité au gluten, produits laitiers De plus, il faut relancer la production d’énergie par les mitochondries: ATP. cela nécessite un cortisol et l’hormone thyroïdienne T3 (pas le T4) du cortisol, ribose, magnésium, oméga 3, carnitine, Q10, mélatonine, etc.…

Un bel exemple de fibromyalgie iatrogène (effets secondaires d’un médicament) est la pseudo fibromyalgie introduite par des statines (Zocor, Lipitor, Crestor, etc..) qui via l’inhibition de la voie de synthèse du mévalonate empêche la synthèse du coenzyme Q10.

 

Asymétrie des membres inférieurs traitée par talonnette 

Elle prend un morphinique en patch : Fentanyl

Dépression traitée par Zolpidem avec inefficacité puisqu’elle est toujours dépressive…. !!!

 

DÉPRESSION :

Je rappelle que pour synthétiser la sérotonine dopamine noradrénaline intra cérébrale : neuromédiateurs, il faut bien entendu les protéines du matin et du midi mais aussi tous les cofacteurs nécessaires à leur synthèse : B2, B3, B6, B9, B12, C, cuivre, fer, mg2+, zinc

La carence en vitamine D est aussi une cause de dépression surtout de type saisonnière.

Le blocage des récepteurs post-synaptiques par des toxines provenant d’une mauvaise flore intestinale est un cause majeure et fréquente de dépression.

Actuellement, on peut estimer que 95% des dépressions chroniques ont pour origine des carences macro ou micro nutritionnelles et ne relèvent absolument pas de traitements médicamenteux. Autre exemple; un déficit en oméga 3 va rigidifier les membranes cellulaires et empêcher les récepteurs post- synaptiques d’agir. 

Difficulté à s’endormir, elle doit prendre de l’Alprazolam et réveils fréquents la nuit.

Je lui explique d’emblée que les neurotransmetteurs Sérotonine (bien-être, non dépression) qui devient Mélatonine (bon sommeil, je ne me réveille pas) proviennent du tryptophane que le cerveau n’est capable de prendre que dans les protéines du matin et un petit peu du midi.

Donc 80% des gens ne mangeant pas protéiné le matin, sont en dépression au bout de 2 ans seulement et pourraient donc ne pas bénéficier de somnifères, antidépresseurs… !!!!

Elle présente des crampes et ballonnements qui signent une dysbiose intestinale comme 100% des fibromyalgiques.

Le problème causal est une hypothyroïdie (95% de la population) ajoutée à une allergie ou intolérance à certains aliments.

 

DYSBIOSE - LEAKY GUT SYNDROME : 

La dysbiose intestinale (mauvaise flore: bactéries de putréfaction, candidose) peut à la longue se compliquer d’un leaky- gut syndrome peut se manifester par des crampes, ballonnements, diarrhée/constipation (ce que l’on appelle encore à tort le colon irritable, colon spastique, « c’est le stress ») Il y a sécrétion de cytokines (LBP-LPS) par la dysbiose qui va avoir des effets délétères pour la santé en particulier au niveau psychique : fatigue, prise de poids voir amaigrissement, problèmes cutanés, perte de cheveux, résistance des récepteurs cérébraux (mal-être, dépression), douleurs diffuses, blocage des récepteurs cellulaires (insuline, œstrogène, testostérone) La dysbiose intestinale va être à l’origine d’une inflammation de l’intestin qui provoquera l’ouverture des jonctions GAP et l’apparition d’un intestin hyper perméable : le leaky-gut syndrome. Il entraîne une malabsorption, fuite de certaines substances au niveau des selles et des carences.  L’origine en est:

Une hypothyroïdie (qui atteint 95% de la population) crée un ralentissement du péristaltisme intestinal (ce qui favorise la putréfaction)

Une intolérance/allergie/sensibilité alimentaire comme cause de l’inflammation intestinale (le leaky gut syndrome va entraîner une allergie progressive et multiple à d’autres allergènes) on considère actuellement qu’ il y a 2 à 3 pour 1000 de la population qui a une intolérance au gluten; 850/1000 ont une sensibilité. La sérologie cœliaque n’est d’aucune utilité; seul un test d’éviction donnera la solution.

En ce qui concerne le lait de vache et dérivés (chocolats, fromages, glaces,…) avec l’âge, on devient fréquemment intolérant au lactose par perte de la lactase: gaz, ballonnements; si on ajoute l’allergie au protéines de lait de vache (caséine est commune à tous les laits animaux) de nouveau 85% de la population ne devrait plus en consommer.

Antibiothérapie avec perturbation (parfois définitive) de la flore. Le leaky gut syndrome va entraîner une allergie progressive et multiple à d’autres allergènes La plus grosse partie de l’immunité se fait via le tissu lymphoïde associé au tube digestif. Apparition très fréquente de maladies auto-immunes (Thyroïdite, polyarthrite, SEP, …), de fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique…


Point de vue hypothyroïdie, elle présente comme signes : constipation, gastroparésie, frilosité, perte de cheveux, moral up and down, ongles fragiles et fatigue dès le lever

 

THYROIDE : c’est la clinique qui prime et non pas les valeurs sanguines

TSH : on vise des taux inférieurs à 1.5 selon les dernières études, si au-dessus cela signe une hypothyroïdie probable, que la clinique confirme en général. Les normes encore admises et malheureusement enseignées: 0,3-4,3 sont complètement obsolètes, inutiles et ne détectent pas la vaste majorité des hypothyroïdies

T3 libre : doit être dans le percentile supérieur c'est-à-dire au-dessus de 3.2 voire 3.5 sinon cela signe une hypothyroïdie à minima

T4 libre : n’est d’aucune utilité puisqu’il s’agit d’une hormone inactive, or, la plupart des médecins demandent son dosage.....

 

Signes d’hypothyroïdie : frilosité, extrémités froides, prise de poids, fatigue dès le matin, cholestérol élevé avec LDL élevés (plus de 95% des hypercholestérolémies LDL sont des hypothyroïdies), constipation, douleurs musculaires, sensation d’œdème le matin, moral up and down (voir dépression), peau sèche, perte de cheveux, ongles fragiles, difficultés à digérer, migraine réfractaire à tout traitement préventif, raucité de voix, gastroparésie, bradypsychie, bradycardie, perte de la partie externe du sourcil (signe de Hertoghe), marbrure de la peau, rigidité articulaire le matin, teint jaunâtre (accumulation de bêtacarotènes .

Les dernières études mettent en évidence que les traitements par T4 (L-Thyrone-L-thyroxine, Eutyrox) sont en général inefficaces vu la difficulté qu’ont les patients à transformer la T4 inactive en T3 active soit par manque de sélénium qui atteint 80% de la population soit par inefficacité des désioidases d’origine génétique soit à cause d’une Ferritine basse, d’une carence en cuivre, par ex. De plus, nos thyroïdes sont imbibées de métaux lourds: mercure, plomb, cadmium et de phtalates (plastique) ce qui explique que l’on en arrive a plus de 90% d’hypothyroïdie dans la population. Les mélanges T3/T4 (Euthyral - Novothyral - Erfa Thyroïde) fonctionnent beaucoup mieux, la t4 normalisant une biologie mais laissant les patients symptomatiques. 


Il faut donc voir à la biologie si la TSH est bien en-dessous de 1.5 et la T3 libre au-dessus de 3.4 selon les dernières études  cf. article «2013 : L’Hypothyroïdie, actualités » ci-joint
J’interroge la patiente sur sa façon de manger et je comprends tout de suite d’où vient sa dépression puisqu’elle ne mange rien  le matin ou toasts Nutella et donc absence de tryptophane précurseur de sérotonine (mal être - dépression, irritabilité, troubles du sommeil, compulsions glucidiques…) et absence de tyrosine précurseur de dopamine (motivation, plaisir de la vie, libido, mémoire, concentration) et de noradrénaline : starter de la journée (énergie, pêche)

Le midi en général rien du tout, le soir des protéines 1 x/mois et elle mange en général hydrates de carbone et légumes

 

Déficience en oméga 3 certaine puisque ne mange ni poisson gras ni ne consomme des huiles oméga 3, or la déficience en oméga 3 entraîne une rigidité des membranes qui empêchent les récepteurs des neurotransmetteurs d’agir et empêchent les récepteurs hormonaux que ce soit à l’insuline à la DHEA, aux hormones thyroïdiennes, etc. probable hypothyroïdie de type II par ex., diabète de type II par ex.

 

OMEGA 3 et 6 :

Index oméga 3 (souple et anti-inflammatoire) : (EPA et DHA) un des marqueurs les plus fins de l’augmentation du risque cardiovasculaire et AVC, augmentation du risque de maladies dégénératives cérébrales, augmentation du risque de dépressions car blocage des récepteurs aux neuromédiateurs, la carence en omégas 3 empêche de perdre du poids même lors d’un régime hypocalorique. 3 possibilités de se complémenter :

• consommer du poisson gras 3 à 4 x/semaine : saumon, truite, flétan, sardine, etc.

• utiliser des huiles d’assaisonnement sur tout ce qu’on mange : huile de lin, de colza et de caméline (une a 2 cuillères à soupe/j)

• se complémenter par des omégas 3 en complément

Carence en oméga 3 : systématique chez les gens qui consomment moins de 3 à 4 x/semaine du poisson gras Les parois cellulaires déficientes en oméga 3 polydésaturés entraînent un blocage des récepteurs par non réponse des hormones, par ex. l’insuline avec risque de diabète type II, blocage des neuromédiateurs, risque dépressif, etc. Oméga 6 souple et anti-inflammatoire : (GLA et DGLA) si trop bas je propose de l’huile de bourrache ou d’onagre;

 

Examen de la biologie: 

 

Ferritine : effondrée   

La patiente n’a pas de règles abondantes mais insuffisance alimentaire, malabsorption certaine par dysbiose

 

FERRITINE:

Elle doit être supérieure à 60 Lorsqu’elle est basse elle peut être à l’origine d’une fatigue persistante, éventuellement dépression, susceptibilité aux infections, baisse de l’immunité, mauvaise qualité des phanères (ongles cassants, perte de cheveux) 

Plusieurs causes possibles :

• règles abondantes: solution : stérilet progestatif ou minipilule en continu. Fibromyome: hystérectomie

• point de vue alimentation : manque de viande rouge donc signe de déficience. Si le problème est ici ; je propose d’essayer d’augmenter la ration de viande rouge ou de faire l’effort de manger 3 cm de boudin noir/jour avec de la compote aux pommes par ex. ou un fruit sachant que les compléments à base de fer ne fonctionnent que très rarement (pour l’absorption du fer il faut vit B et vit C en même temps)  • malabsorption intestinale : dysbiose, leaky gut syndrome : intestin hyper perméable : crampes, ballonnements, constipation/diarrhée  • Pertes par le tube digestif : cancer ou autres maladies du tube digestif  ! Vitamine B12 : 2 x trop basse    Il faut savoir que la B9 et la B12, la ferritine, la vitamine D, le magnésium sont des cofacteurs nécessaires à la transformation du tryptophane en sérotonine et de la tyrosine en noradrénaline et dopamine

 

Vitamine B12 :  2 x trop basse   

Il faut savoir que la B9 et la B12, la ferritine, la vitamine D, le magnésium sont des cofacteurs nécessaires à la transformation du tryptophane en sérotonine et de la tyrosine en noradrénaline et dopamine

VITAMINE B12 :

Un déficit donne lieu à un manque d’énergie physique et psychique, augmentation du risque cardiovasculaire, cancérologique et dépressif par troubles de méthylation, augmentation de l’Homocystéine.

 

Zinc : bas, ce qui peut donner lieu à un retard de cicatrisation, peau sèche et éventuellement des problèmes avec les cheveux, perte de goût, d’odorat et manque de synthèse de certaines hormones !

 

Vitamine D : effondrée à 8 alors qu’elle devrait être au-dessus de 60

La vitamine D est également un des cofacteurs de synthèse des neurotransmetteurs    

VITAMINE D :

On attend des taux supérieurs à 60, si trop basse cela donne lieu à : 

• 10 à 15% sont inférieurs à 20 : possibilité de douleur et faiblesse musculaires même au repos pouvant en imposer pour une fibromyalgie

• 85% sont à moins de 30 : ostéoporose

• 100% sont à moins de 60 : dépression chronique ou saisonnière, une augmentation du risque de SEP (sclérose en plaques), diabète, diminution des défenses, plus de risque de cancer du sein, du colon, de la prostate Frein complet à l’amaigrissement par dysfonctionnement musculaire Chute chez les personnes âgées par faiblesse musculaire

CRP ultra sensible : élevé à 6   OU LN/DGLA élevé: signe une inflammation chronique à minima qui est très délétère pour la santé (prise de poids, fatigue, mal-être, douleurs diffuses, augmentation du risque de diverses maladies, etc.) dont les causes sont :

- Soit une dysbiose intestinale avec libération de cytokines : toxine LBP

- Soit une sécrétion de toxines libérées par accumulation de graisse intra-abdominale

- Soit une carence sévère en omégas 3 avec rigidité des membranes - Une infection chronique : borréliose (maladie de Lyme)

 

Chez la patiente : carence en oméga 3 et dysbiose intestinale

 

Amylase et lipase : élevées, pancréatite il y a quelques mois

 

Biologie thyroïdienne :

TSH trop élevée à 4.3 alors qu’on attend des taux inférieurs à 1.5 selon les dernières études Et malheureusement c’est la T4 libre, qui n’a strictement aucun intérêt puisqu’il s’agit d’une hormone inactive, qui a été dosée;

La quasi-totalité des hypothyroïdies actuellement sont des hypothyroïdies à T3 par manque de transformation de la T4 en T3;

La patiente consomme de l’aspartame, qui est le pire poison que l’on ait mis sur le marché puisqu’il donne des cancers du côlon, il brûle les neurones et entraîne des maladies telles que diabète type II, fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, et fait grossir la plupart des patients Je parle du problème de la sensibilité au gluten;

Je parle de psycho-nutrition, de cofacteurs, de neurotransmetteurs cf. article Psycho-nutrition ci-joint;

La patiente se reconnait dans tous les signes de manque de sérotonine J’explique que son antidépresseur n’agit pas puisque par définition comme elle ne mange pas de protéines le matin, elle ne sait pas avoir de tryptophane et par définition, comme elle a une carence énorme en magnésium, ferritine, vitamine D et B12 elle ne saurait pas la transformer en sérotonine Il ne lui sert donc à rien de lui donner des somnifères et des antidépresseurs;

Tant en dopamine qu’en noradrénaline, la patiente se reconnait dans tous les signes ce qui entre à nouveau dans le même mécanisme que pour la sérotonine En ce qui concerne la dysbiose

Voir Métabolites urinaires de la flore intestinale.

Cortisol libre effondré, ce qui donne une impossibilité pour la mitochondrie de transformer les aliments en énergie ; fatigue, inflammations, douleurs éventuellement de type fibromyalgiques .

 

CORTISOL : Sans cortisol, la survie n’est que de 24 à 48 heures.

Si déficitaire cela donne lieu à :

✓ Un manque d’énergie, les hormones thyroïdiennes et le coenzyme Q10 sont également nécessaires (tout comme la carnitine, la mélatonine, les acides gras polydésaturés, le magnésium, etc..) pour transformer les aliments en ATP-énergie  ✓ A des phénomènes pro-inflammatoires tels que douleurs articulaires, musculaires, crampes intestinales, exacerbation des réactions allergiques, etc. 

✓ Si complémentation nécessaire; toujours optimaliser la DHEA pour ne pas avoir d’effets cataboliques sur l’os et les muscles 

 

Je propose de revoir la patiente tout en lui proposant déjà un traitement :

- changer radicalement son alimentation

- vitamine D avec D cure 1/jour pendant 6 semaines et ensuite 2/semaine, toujours avec une alimentation grasse afin qu’elle soit bien absorbée J’en profite pour expliquer qu’en ayant une vitamine D à 8, elle a d’office des douleurs généralisées qui en imposent pour une fibromyalgie (maladie qui n’existe pas et qui est tout à fait guérissable)

- magnésium avec Metarelax

- B9 B12 avec Trib Vit 2 le matin

- Euthyral ½ /jour le matin à jeun pendant 3 à 4 jours et ensuite 1/jour toujours à jeun le matin vu que la patiente présente tous les signes d’hypothyroïdie excepté l’œdème facial

- Tonixx + qui contient de l’acétyle carnitine et du coenzyme Q10 : 2 le matin Le coenzyme Q10 est un antioxydant, un anticancéreux et permet au sein des mitochondries la transformation des aliments sucres, graisse et protéines en ATP en concordance avec les hormones thyroïdiennes.

Sa synthèse est inhibée par la prise de statines, ce qui explique les douleurs musculaires, la fatigue, l’augmentation du risque cancéro, etc. liés à la prise de ces substances toxiques.

 

Une carence est inévitable quand on prend de l’âge : perte des mitochondries  

- Méthylprednisolone associé à DHEA Je prescris encore :

-Tyrosine 500 : 2 le matin et 2 le midi, précurseur Noradrénaline et dopamine

 

Rappel pour la prise de sang :

Prendre l’Euthyral après la prise de sang ce jour-là

Prendre la DHEA le soir plutôt que le matin, les 2 jours précédant la prise de sang. !

 

Il est évident que cette patient va guérir très rapidement de sa « soi-disant » maladie chronique incurable ! ! !

 

Avec ces renseignements, veuillez agréer cher confrère, mes sentiments les meilleurs. !

Dr Résimont

Fibromyalgie : cas clinique 3 (fibro athlète)

                                                                                                                      Docteur H……..

                                                                                                                      Rue

                                                                                                                      67200 strasbourg

                                                                                                                      France

 

                                                                                                                      Copie : patiente m…..m….@......fr

 

                                                                                                                       Bruxelles, Août 2O16

 

 

Cher confrère,

 

J’ai eu l’occasion de voir votre patiente M…… M….. âgée de 40 ans qui consulte en médecine fonctionnelle pour divers problèmes et en particulier :

--« fibromyalgie »

--sensation d’opression respiratoire, elle a fait une radio de thorax qui est normale

--un dosage de Troponine qui a été réalisé à l’occasion d’un épisode de dépression était légèrement positif ce qui a fait un infarctus.

 

Infarctus chez son papa et sa maman dans la cinquantaine

Le facteur de risque principal est le tabagisme

 

Je propose à la patiente de bénéficier d’un avis pneumo, épreuves fonctionnelles respiratoires afin de voir s’il n’y a pas de phénomène restrictif ou obstructif

Il y a très peu de chances qu’il y ait un problème pulmonaire vu les performances sportives de la patiente qui ne sont pas altérées.

 

Cette patiente a été étiquetée de fibromyalgique, un mot fourre-tout très savant qui permet au médecin de dire « c’est chronique, je ne sais pas vous aider, il faut faire avec » .

 

FIBROMYALGIE:

La fibromyalgie est tout comme le diabète type 2 - la migraine - l’obésité - l’ostéoporose - la dépression non réactionnelle, etc…. Une maladie fonctionnelle c.à.d guérissable en quelques semaines.

moyennant une modification alimentaire radicale (suppression totale du gluten et des produits laitiers, alimentation protéinée le matin), correction des déficiences micro nutritionnelles (magnésium - fer - Vit D - B9 - B12 - sélénium - coenzyme Q10, etc…) et optimalisation des taux hormonaux: thyroïde (100% d’hypothyroïdie) cortisol (quasi 100% de déficience) DHEA - œstrogènes - testostérone - hormone de croissance - ocytocine, etc..

De plus, il y a toujours une dysbiose intestinale qui engendre une intoxication grave du patient via les cytosines et qui nécessite la résolution des causes:

Hypothyroïdie et sensibilité au gluten, produits laitiers

De plus, il faut relancer la production d’énergie par les mitochondries: ATP. cela nécessite un cortisol et l’hormone thyroïdienne T3 (pas le T4) du cortisol, ribose, magnésium, oméga 3, carnitine, Q10, mélatonine, etc….

Un bel exemple de fibromyalgie iatrogène (effets secondaires d’un médicament) est la pseudo fibromyalgie introduite par des statines (Zocor, Lipitor, Crestor, etc..) qui via l’inhibition de la voie de synthèse du mévalonate empêche la synthèse du coenzyme Q10.

 

--problème de cicatrisation ce qui signifie toujours soit un manque de zinc, soit un manque d’hormones anaboliques qui permettent de réparer surtout l’hormone de croissance mais aussi la DHEA testostérone.

Dans de rares cas problèmes circulatoires liés à un diabète non équilibré ce qui n’est pas le cas chez la patiente.

 

--mauvaise circulation avec des varices, je propose bien entendu une prise en charge par un collègue spécialisé puisqu’il y a un risque de coagulation, de thrombose veineuse et donc d’embolie pulmonaire

Je propose une aspirine junior 60 à 80 mg/jour afin de fluidifier un peu le sang

 

--signes de dysbiose intestinale : envie de sucre, douleur du bas du dos, fibromyalgie (qui, on le sait, vient de la dysbiose), douleurs articulaires, selles défaites, tendance à prendre du poids, tendinites

 

ATCD familiaux :

--diabète insulinodépendant probablement de type I chez sa maman

Obésité chez la maman, il s’agit donc vraisemblablement d’un diabète type II qui a été traité par insuline ( par erreur puisqu’on sait que donner de l’insuline à une personne diabétique II la fait grossir encore plus ).

--diabète type II également chez le papa

 

Alimentation :

Elle semble parfaite

 

Complémentation :

--DHEA 60 mg et Méthylprednisolone 2mg pendant 15 jours avec sensation d’oppression

Elle a arrêté le traitement et a eu l’impression que les oppressions diminuaient

S’il n’y a pas de déficit en cortisol, le surdosage peut amener ce genre de symptôme

Je demanderai le dosage du cortisol

--magnésium Mg Complete et Alcarecup (magnésium désacidifiant citrate) qui est tout à fait indiqué vu que la patiente est sportive, en effet on perd le magnésium et le potassium dans la sueur.

VIT D effondrée a 15 ( nl sup a 60-70 ng/l

--Bio D Mulsion forte 10 gouttes c’est-à-dire 20'000 unités, pendant 1 mois puis 10.000 ui/j

La patiente étant métissée, il est vrai qu’elle a plus besoin de vitamine D que quelqu’un à la peau blanche car le soleil ne passe pas.

Descendre à 5 gouttes/jour ensuite  ( une goutte = 2000 ui)

La patiente me dit perdre de la taille pour l’instant ce qui peut signifier des tassements vertébraux liés à une ostéomalacie-ostéoporose.

Cela peut être dû à :

-une alimentation acide dans laquelle on retrouve des produits laitiers et du gluten ( en effet le lait de vache est décalcifiant pour les os car acide et le calcium y est lié au phosphore, donc non utilisable contrairement au calcium végétal : légumes verts , pois chiches, tomates etc)

-un manque de vitamine D

-manque d’hormones féminines : œstrogènes, de DHEA, de testostérone, d’hormone de croissance

-manque de chocs dans l’axe ce qui n’est pas le cas chez la patiente puisqu’elle court

-un manque de silice

J’explique quelles sont les conséquences d’une vitamine D basse

Je lui prescris :

-Phytoarti qui contient de la silice, Harpagophytum, MSM, phyto, … qui a un effet spectaculaire au niveau de la recalcification osseuse

-Curcumactiv 2 le matin et 2 le soir : curcumine activée, gingembre, clous de girofle

-Extincyl : 3 le matin qui contient du gingembre sélénium zinc etc.

 

Vitamine D :

Sa synthèse se fait dans la peau grâce au cholestérol et pour que sa synthèse soit complète, nécessite un passage par le rein et le foie. La déficience est systématique en Europe du nord et encore plus importante chez les personnes de peau foncée et/ou se cachant du soleil

L’être humain nécessite un ensoleillement du corps entier de 30 à 45 minutes par jour, chaque jour de l’année à une latitude inférieure à celle de Barcelone (le soleil d’hiver en Europe du nord ne génère aucune vitamine D par la peau).

Des personnes vivant dans des pays constamment ensoleillés peuvent également être en carence extrême s’ils évitent le soleil ou sont trop couverts (désir de peau blanche, croyances religieuses)

 

Si taux sanguin :

•    Inférieur à 20 (10 à 15% de la population non complémentée)

possibilité de faiblesse et douleurs musculaires même au repos pouvant en imposer pour une fibromyalgie

•    Inférieur à 30 (85%)

ostéomalacie - ostéoporose

•    Inférieur à 60 (100%)

- dépression chronique

- augmentation du risque de SEP (sclérose en plaques)

- diabète type 1

- diminution des défenses immunitaires : infections, herpès etc.

- favorise le risque de cancer du sein, du colon, de la prostate (probablement 70% de cancers totaux de plus)

- chute chez les personnes âgées par faiblesse musculaire, catabolisme (perte) musculaire

- baisse de l’Igf 1 : hormone de croissance

- Frein complet à l’amaigrissement par dysfonctionnement musculaire

 

Il y a 20 - 30 ans lorsque l’on croyait que la Vit. D ne servait qu’a faire de la matière osseuse (malheureusement, encore légion chez la plupart des médecins), on recommandait 25000 Unités/mois = 1 Dcure /mois = 2 gouttes/jour.

Actuellement, on recommande 8 à 10000 unités/jour = 8 Dcure/mois = 20/25 gouttes/jour (dans les pays non ensoleillés ou si pas d’exposition d’une grande partie du corps au soleil, quotidiennement).

Si vous passez de l’état de carence (- de 10 ng de vitamine D par mL de sang) à l’état optimal (entre 50 et 75 ng/mL), vous baissez votre risque de:

-     50 % d’infarctus

-     80 % de sclérose en plaques

-     83 % de grippe

-     50 % de fracture et d’ostéoporose

-     71 % de diabète de type1

-     83% de cancer du sein

-     80 % de cancer du côlon

-     50 % de leucémie

-     65 à 75 % de cancer du pancréas, de la vessie et du rein

-     63 % d’asthme

 

Traitement :

Pour tous : se complémenter !

  

--Bisglycinate de fer qui est le fer le mieux absorbé et qui donne le moins d’effets secondaires

Bien entendu s’il y a une fuite de fer par les règles, on peut prendre autant de fer qu’on veut, il n’y aura pas d’augmentation de la valeur sanguine mais tous les effets secondaires : constipation, etc.

 

--argent colloïdal que je propose de continuer au vu des signes encore présents de dysbiose intestinale pendant encore 1 mois 2 x 1 mesure/jour avec de l’ADP huile essentielle d’origan 2 x 2/jour pendant 1 mois également

Pour maintenir une bonne flore intestinale : Perméabilité Intestinale de chez Herbolistique 2 le matin et 2 le soir

 

Hypothyroïdie :

La patiente présente comme signes : se sent mieux dans l’action, cheveux abîmés, perte de cheveux (qui peut être également liée à un manque de fer, à un manque de magnésium, à une dysbiose), ongles fragiles (aussi un manque de fer, de zinc)

Pas de signes spécifiques d’hypothyroïdie notables

On a dit à la patiente que sa thyroïde était en bon état car sa TSH était dans la norme à 1.071 sachant que la TSH est un thermostat qui se dérègle facilement

Pour activer la T4 inactive en T3 il faut :

-sélénium, fer, magnésium

-zinc

-vitamine D, vit A

-etc.

 

Une biologie a mis en évidence :

On a dosé toutes les choses qui sont habituellement normales : hémato, fonction hépatique, fonction rénale, ionogramme, tout est négatif comme chez plus de 98% des patients…….et donc , tout va bien , roulez, il n’y a rien a voir………

 

Hématocrite : très bas à 36 ( fer ? B9 ? B12 ? DHEA ? testo ? oestradiol ?  horm thyroidienne T3 ? horm de croissance ??)

 

Hémoglobine : très basse

On peut penser devant une telle biologie à une thalassémie ou une drépanocytose

-la drépanocytose a été exclue,

-il y a du sang méditerranéen dans sa famille or la thalassémie atteint principalement le pourtour méditerranéen

 

Fer : très bas

Malheureusement je n’ai pas le dosage de la ferritine, il est donc possible que son anémie érythrocytaire soit simplement liée à cela. S’il y a une ferritine basse, il faut trouver la cause, cela ne sert à rien de mettre du fer par en haut, si le robinet est ouvert en bas …

 

--Une des causes sont les règles abondantes : ce qui est le cas

On verra plus loin que son histoire est compatible avec un manque de progestérone ce qui donne en fin de cycle un syndrome prémenstruel

Avant ses règles, elle a un ventre gonflé, seins douloureux, tension mammaire.

Les règles sont abondantes et douloureuses : je propose déjà de la Bromelase forte de chez Herbolistique 2 le matin et 2 le soir hors repas pendant les règles qui a comme effet de traiter l’insuffisance veineuse et de diminuer les règles abondantes.

Elle a donc un syndrome prémenstruel.

Ceci est lié bien entendu à une baisse trop rapide de la progestérone en fin de cycle qui si on ne traite pas augmente très fortement le risque de cancer du sein après la ménopause.

 

La patiente n’a pas de moyen de contraception.

2 solutions :

-mini pilule en continu

-ou stérilet Mirena

J’explique que la progestérone a un effet diurétique, lorsqu’on n’en a pas suffisamment, on gonfle : rétention d’eau, tension mammaire, éventuellement tension vulvaire, céphalées, migraines, irritabilité etc etc

La progestérone favorise également le sommeil puisqu’elle a un effet calmant

En attendant de voir le gynécologue, je propose Utrogestan 200 le soir au coucher de J15 jusqu’au moment des règles.

 

Biochimie des lipides : cholestérol parfait

 

Je parle de psycho-nutrition : cf. article Psycho-nutrition ci-joint

 

Dans un manque de sérotonine :

•    troubles du sommeil en début et fin de nuit

•    troubles du comportement alimentaire tels que de la boulimie ou des compulsions glucidiques (chocolat, biscuits etc.) en fin d’après-midi ou le soir.

•    Compulsions alcool/tabac/jeux.

•    un stress à minima qui sera abaissé en prenant un verre d’alcool après la journée de travail

•    des troubles du comportement tels que de l’irritabilité, de l’impulsivité, de l’agressivité, de l’anxiété avec intolérance à la frustration

•    des douleurs musculaires

La patiente ne se reconnait que dans les douleurs musculaires en journée.

Dans un manque de mélatonine qui vient de la sérotonine elle se reconnait dans le sommeil peu profond et les réveils fréquents

 

Dans un manque de noradrénaline :

•     de la fatigue voire une asthénie

•     une indifférence émotionnelle

•     une baisse de capacité à se faire plaisir et à prendre soin de soi

•     une rupture de contact avec autrui

•     une apathie

•     une diminution des contacts sociaux

•     une augmentation du temps passé chez soi et/ou au lit

•     Difficultés à faire face aux changements et aux contraintes de la vie.

Elle ne se reconnait pas du tout

Quant à un manque de dopamine :

•     une indifférence

•     une diminution de la libido et du plaisir de la vie en général.

•     une absence de joie de vivre et d’engouement pour les plaisirs quotidiens

•     une absence de projets à moyen, long et court terme

•     une baisse de la motivation et un manque d’entrain

•     une vie quotidienne monotone et routinière, de la conformité

•     un repli sur soi et chez soi.

•     des troubles de l’attention (enfants TDHA que l’on nourrit typiquement avec des tartines - choco le matin) une difficulté à exprimer une pensée.

•     une addiction à diverses drogues telles que : alcool, le tabac, etc...

 

Elle ne se retrouve pas non plus.

 Elle prend du 5 http qui est le précurseur de la sérotonine, il améliore donc les taux cérébraux de mélatonine depuis 15 jours

 

Le manque de magnésium donne des réveils fréquents la nuit, et un sommeil peu profond également

Depuis qu’elle est complémentée en magnésium : régression des crampes et disparition des fasciculations musculaires

 

Je propose d’augmenter l’Alcarecup désacidifiant 3 le matin et 3 le soir

Acidial à mettre dans la gourde de réhydratation puisque la patiente court de longues distances : course à pied

Je propose 2 à 3 sachets dans une gourde de 1 L, et 1 c. à café de sel et sucrer  à sa convenance.

 

Faire du sport à haut niveau peut entraîner un vieillissement prématuré par oxydation, il faut donc compenser : ne pas hésiter à prendre un cocktail antioxydant pour éviter cela.

On peut mettre dans la gourde également des sachets antioxydants : Flavodyn et Aodyn 

 

Elle présente de l’acidité lorsqu’elle fait la fête : pas d’indication de complémentation en enzymes digestives ou autres

 

En ce qui concerne la DHEA, je propose d’attendre les nouveaux taux sanguins

Beaucoup de signes de manque de cortisol : baisse d’énergie, fatigue, etc.

Mais je lui explique que la dysbiose de type candidosique fait baisser le cortisol

Je propose Cortinat qui contient 4 plantes différentes qui vont petit à petit et de façon naturelle augmenter la synthèse surrénalienne et donc du cortisol.

Et ceci peut être la raison pour laquelle même en faisant du sport la patiente ne perd pas de poids

Lorsqu’on mange bien, lorsqu’on fait du sport, lorsqu’on n’est pas hypothyroïdien mais qu’on a une dysbiose intestinale on ne perd pas de poids.

C’est au niveau de la flore intestinale qu’on peut déterminer le poids au kg près.

Une expérience a été faite au niveau des souris : si on transfère le contenu intestinal d’une souris obèse dans une souris normale, celle-ci devient obèse en quelques semaines.

 

Malgré le sport elle estime ne pas prendre de la masse musculaire

Celle-ci dépend

--de l’apport des acides aminés branchés via les protéines qui doivent être présentes à chaque repas.

Ajouter dans sa gourde de réhydratation un supplément protéiné : Serofit

1 à 2 heures qui suivent l’activité physique, les muscles sont ouverts à la rentrée des nutriments

Il faut aussi :

--des taux optimaux de DHEA, testostérone, hormone de croissance, s’il manque un seul des 3 il est impossible de prendre de la masse musculaire

--de l’exercice

--un taux optimal de vitamine D

Sans vitamine D il est impossible de garder sa masse musculaire.

 

Je propose déjà :

-cocktail B9 B12

-B12-IF en sub lingual

 

La patiente mange du poisson gras quasi tous les jours, elle n’est certainement pas déficiente en oméga 3

Huile de coco pour cuisiner : la meilleure huile avec la graisse de canard.

Huile d’olive trop cuite devient acide élaïdique qui bloque les récepteurs cellulaires

 

En ce qui concerne la fibromyalgie, je vais optimaliser les autres nutriments nécessaires au bon fonctionnement des mitochondries, je prescris donc de la carnitine et du coenzyme Q10 à bonnes doses sous forme de Tonixx + : 4 le matin

 

Énormément de signes de manque de zinc, or on sait qu’un manque de zinc empêche la synthèse des hormones : testostérone, hormone de croissance

La patiente se plaint d’acouphène pendant les règles ce qui peut être dû à une hypertension liquidienne au niveau des liquides endolymphatiques de l’oreille interne liée à un manque de progestérone.

 

Revoir avec biologie.

 

Avec ces renseignements, veuillez agréer cher confrère, mes sentiments les meilleurs.

 

Dr Résimont