Carences hormonales 

"Les ouvriers du corps"

Hormones :

 

Les hormones sont les ouvriers du corps et que les hormones anaboliques telles que DHEA, testostérone et Hormone de croissance, lorsqu’elles baissent entraînent une perte de masse musculaire, de masse osseuse, gain de masse grasse, baisse d’énergie et augmentation du risque de pas mal de cancers, fatigue, vieillissement accéléré.

DHEA :

 

« Aucune publication » disent encore certains ignares, alors qu’il y en avait plus de 15.000 en 2005… concernant juste la DHEA !!!!

 

Un manque de DHEA donne lieu à ;

- un vieillissement prématuré de la peau, affinement de la peau, altération globale de l’état général

- une perte de masse osseuse et musculaire, gain de masse grasse, obésité abdominale

- dépression, baisse de l’immunité.

 

Chez la femme :  

> tristesse, cellulite, baisse de libido via la non-transformation de DHEA en testostérone.

> si œstrogènes bas : augmentation du risque de cancer du sein en pré-ménopause.

 

Chez l’homme :   

> si testostérone basse : augmentation du risque de cancer agressif de la prostate

PRÉVENTION DE LA DÉGRADATION ESTHÉTIQUE

DU VISAGE ET DE LA COMPOSITION CORPORELLE

 

L'aspect extérieur d'un individu indique parfaitement son état de santé, ses carences et ses déficiences. Son visage et son corps sont le reflet de son imprégnation hormonale, de ses manques ou de ses excès.

 

Lorsqu'un patient consulte pour un problème esthétique, il faut être attentif, à l'examen d'un visage par exemple, aux indices que ces déséquilibres hormonaux révèlent.

Les ignorer peut entraîner des erreurs de jugement et des traitements inadéquats ....

Il faut parfois d'abord traiter un déséquilibre hormonal avant d'intervenir chirurgicalement, ou par des injections.

 

La connaissance de ces déséquilibres hormonaux est un préalable indispensable à la pratique de la médecine ou de la chirurgie esthétique.

 

Les hormones sont des substances naturelles produites par le corps humain via les glandes endocrines (ovaires, pancréas, glande thyroïde, glandes surrénales, testicules, hypophyse, etc.), lesquelles libèrent les hormones dans la circulation sanguine, arrivent à la surface des cellules cibles ou pénètrent dans celles-ci afin de se lier aux récepteurs. C’est grâce à la liaison de l’hormone sur le récepteur hormonal que se déclenche l’action de l’hormone.

 

Nos carences alimentaires sont légion si l’on considère les « taux santé » définis par des études reconnues et non les « taux statistiques » figurant sur les feuilles de biologie (établis sur base d’une moyenne de la population, C.A.D incluant également les personnes malades et en déficiences). Quelques exemples de carences, selon ces taux santé :

 

➡ 100% de la population d’Europe du Nord et jusqu’une partie de la population d’Europe du sud est carencée en Vitamine D (La vitamine D a un effet préventif cancérologique majeur, réduit fortement le risque des maladies auto-immunes, prévient la perte-faiblesse musculaire et l’ostéoporose). Le manque d’exposition au soleil est la cause majeure du déficit en vitamine D.

 

➡ 80-90 % de déficience en vit B12 dans la population, elle permet à notre organisme de produire des cellules sanguines saines et aide nos nerfs à fonctionner normalement et éviter: fatigue, dépression, cancers, infarctus, attaques cérébrales… a également des effets positifs sur les troubles dermatologiques.

 

➡ Très fréquente déficience en vit A, ZINC : acné, qualité peau-ongles-cheveux altérée, etc…

 

Exemples concrets :

 

- Une déficience en VITAMINE A (et divers caroténoïdes) est associée à une peau acnéique, à un risque cancérologique augmenté. En cas de carence, il faut suspecter une hypothyroïdie ou une alimentation déficiente en végétaux. Non-transformation du bêtacarotène en vitamine A en cas d’hypothyroïdie: teint jaunâtre voir carotte chez les hypothyroïdiennes grandes consommatrices de carottes-légumes.

 

- Une déficience en ZINC Acné, peau sèche, ongles cassants, problèmes de qualité des cheveux,… Cet oligoélément est indispensable au bon fonctionnement des cellules de l’épiderme. Pour la peau, le zinc est un allié indispensable. Il favorise la cicatrisation, et intervient donc dans de nombreux problèmes de peau : psoriasis, ulcère de la jambe, infections de la peau. Son rôle face a un problème d'acné est aujourd'hui bien démontré. Non seulement il interviendrait contre la bactérie responsable, mais il limiterait également la réaction inflammatoire.

 

Une déficience en zinc peut entraîner une perte de goût, d’odorat et un manque de synthèse de certaines hormones, T3 (thyroide), mais surtout testostérone (perte de libido tant chez l’homme que la femme, altération péjorative de la composition corporelle, cellulite….)

 

Hydrater la peau est certainement une bonne idée, mais en trouver la cause : carence en oméga 6, en hormone thyroïdienne T3, en DHEA, ZINC…est certainement mieux.

 

- Une VITAMINE D a des taux « santé » : sup a 60-70 ug/l (prise de 8 a 10000 ui/j dans les pays d’Europe du

Nord) est absolument nécessaire pour la préservation de la force et de la masse musculaire, prévention

d’énormément de cancers, de maladies auto-immunes (diabète type1, sclérose en plaques, lupus…), pour la protection conjointement à la mélanine contre les coups de soleil (1).

 

  1. Eur J Endocrinol. 2013 Oct 21;169(6):767-72. doi: 10.1530/EJE-13-0510. Print 2013 Dec. Vitamin D increases circulating IGF1 in adults: potential implication for the treatment of GH deficiency.Ameri P1, Giusti A, Boschetti M, Bovio M, Teti C, Leoncini G, Ferone D, Murialdo G, Minuto F.

 

- Une déficience en DHEA donne lieu a une altération de la composition corporelle : perte musculaire et osseuse, gain de masse grasse au niveau du ventre, cellulite (via la non-synthèse de la testostérone). D’un point de vue esthétique : les cheveux sont plats et secs, la peau du visage s’affine, se fripe, se dessèche et perte du tonus du visage en particulier chez les femmes.

 

Le médecin esthéticien aura l’impression que ses prestations pour combler rides seront inopérantes « Fillers et autres disparaissent aussi vite que s’il injectait de l’eau salée ».

 

Non compensée, elle occasionne fatigue, baisse de libido et augmenterait également le risque de cancer du sein en préménopause). La DHEA rend aussi la peau du visage plus huileuse, parfois trop et entraine de l’acné (systématique si déficit en oestrogène/progestérone n’est pas compensé).

 

Certains médecins, je suppose par manque d’informations, croient encore que la DHEA ne sert à rien, qu’elle serait la juste à titre purement décoratif …!!!

 

- La vasopressine, la principale hormone chargée de retenir l’eau dans la peau. Carencée, le visage se couvre progressivement de petits plis cutanés qui privent la peau de son aspect lisse. Ces rides ou plis minuscules sont des marques de déshydratation.

 

- La déficience en hormone de croissance au niveau corporel, cela entraîne une fonte musculaire, l’intérieur des cuisses relâché, obésité, une accumulation de graisse intra et extra abdominal, mais également une fonte des muscles du visage : « comme de la cire ». Les paupières sont tombantes, les joues flasques, les lèvres sont trop minces, les rides sont longues et profondes, plis nasogéniens marqués. Les interventions de médecine esthétiques tels que volumateurs disparaissent plus rapidement.

Si, à l’occasion d’une demande esthétique, la suspicion de carence (confirmée par la biologie : dosage

IGFBP3/IGF1), lorsqu’elle sera prise en charge évitera de nombreuses complications, comme : problèmes de réparation lors de lésions musculaires, tendineuses ou articulaires, une diminution de la réparation des organes, libération de toxines par accumulation de graisse intra et extra abdominal avec apparition de résistance à l’insuline : risque de diabète type 2, syndrome métabolique….

Son déficit donne également lieu à une faiblesse psychologique vis-à-vis des problèmes de la vie : absence de zen attitude, fatigue.

 

Ce taux sera amélioré par l’optimalisation de la vitamine D, de la DHEA, des oestrogènes, de la testostérone et l’alimentation suffisamment protéinée, et si nécessaire utilisation d’hormone de croissance en sous cutané.

 

- la déficience en CORTISOL entrainera une élévation de l’ACTH qui aura un effet « MSH like » et le patient développera des taches pigmentées. La MSH stimule les mélanocytes cutanés a produire de la mélanine.

En cas de déficit en cortisol : les yeux s’enflamment, des cernes brunes apparaissent souvent sous les yeux et des taches pigmentées deviennent apparentes sur le visage, voisine du hâle solaire, mais plus hétérogène, un peu « sale ». Prédomine aux régions normalement pigmentées : aréoles des seins, organes génitaux ; aux zones de frottement telles que les coudes, ceinture ; aux zones exposées au soleil, aux plis de flexion, souligne les cicatrices.

 

Optimaliser le cortisol du patient en « relançant ses surrénales » ou en le complémentant lui évitera au pire : burn-out, au mieux, l’épuisement, la fatigue l’après-midi, l’apparition de douleurs articulaires et musculaires qui seront étiquetées de « d’arthrose, d’arthrite ou de fibromyalgie »

L’excès de cortisol : visage oedématié type pleine lune : rétention d’eau (comme l’excès d’oestrogènes ou déficit en progestérone), et accumulation de graisse.

 

Les hormones anaboliques : DHEA et TESTOSTÉRONE et HORMONE DE CROISSANCE sont nécessaires en globalité pour la préservation de la masse sèche : musculaire et osseuse.

Les muscles et les os du corps nécessitent une activité physique de type sportif afin de maintenir le maintien de taux hormonaux adéquats. Ceci est particulièrement concret au niveau du visage, puisque des exercices de musculation/fitness n’existent pas pour garder sa musculature faciale.

Outre un bon statut hormonal, la préservation d’une bonne masse musculaire nécessite une alimentation suffisamment protéinée, une nutrition optimale et un taux de vit D optimum.

 

Un visage gras peut être dû a une carence en Testostérone, GH, mais également un excès d’insuline.

 

l’hypothyroïdie qui atteint une énorme proportion de la population : visage oedématié avec des paupières inférieures, joues, lèvres gonflées au réveil et qui se dégonflent progressivement : typique d’une hypothyroïdie (même si la TSH est dans la « norme ») encore appelée myxoedème. Cet oedème peut être pré tibial, atteindre les mains et pieds. Prise poids « alors que je ne mange quasi rien ». Comme dit plus haut, une hypothyroïdie empêche la transformation du bêta carotène en vitamine A.

 

• On peut donc réaliser un diagnostic d’hypothyroïdie à l’occasion d’une visite pour acné, pour lésions cutanées précancéreuses. Signes d’hypothyroïdie : frilosité - prise de poids - fatigue dès le matin - cholestérol élevé avec LDL élevé - constipation - douleurs musculaires - sensation d’oedème le matin - moral up and down (voir dépression) - peau sèche - perte de cheveux - ongles fragile - difficultés à digérer (gastroparésie) - migraine réfractaire à tout traitement préventif - raucité de voix - bradypsychie - bradycardie - perte de la partie externe du sourcil (signe de Hertoghe) - marbrures de la peau - rigidité articulaire le matin - teint jaunâtre (bêtacarotène),….

 

Dans le cas d’hypothyroïdie, la recherche de signes cliniques est bien plus précise que la biologie de la TSH

(range : 0,3-4,3 soit 15 fois , c’est comme si l’on acceptait pour vérité que le poids d’un être humain soit de 30 à 430 kg)

 

L’apparition de cellulite chez la femme signera une déficience en TESTOSTERONE et donc en DHEA, alors que chez l’homme il s’agira d’un excès d’œstrogènes par aromatisation des androgènes (dans le tissu graisseux si obèse ; d’origine génétique si patiente mince). Empêcher cette aromatisation par une prise en charge adéquate (progestérone, anti-aromatase) lui évitera hypertrophie, voir cancer de la prostate, gynécomastie, cellulite….

 

Le visage :

 

Une atrophie du visage : La perte de volume osseux, musculaire, mais également du tissu sous-cutané seront la conséquence d’un déficit en l’un ou l’autre des éléments ci-après :

Acides aminés

+branchés-BCAA-BRAA : leucine-isoleucine-valine et glutamine : masse musculaire

+glycine-thréonine : collagène

 

Malheureusement la brièveté de notre tube digestif nous rend incapables d’absorber suffisamment les acides aminés issus de protéines végétales.

 

La masse osseuse nécessite de la vitamine D, de la silice, du magnésium, des acides aminés, du calcium (des végétaux et non pas des produits laitiers)

 

Un visage blanc pâle avec absence de bronzage : carence en MSH ou melanocyte stimulating hormone ou d’un manque de récepteurs pour la MSH au niveau des cellules. Une des causes peut être la carence en tyrosine, un acide aminé qui est le précurseur de la mélanine, ce pigment qui donne la coloration de la peau et des cheveux, et en vitamine D qui protège des coups de soleil.

 

Des lèvres très fines, en particulier sur la partie extérieure, résultent d’une déficience en hormone de croissance et en IGF-1, les principales hormones qui fournissent du volume aux tissus. De fines lèvres peuvent aussi être le résultat d’une alimentation pauvre en acides aminés, notamment chez les végétaliens qui évitent toute protéine animale. Elles peuvent également refléter une malabsorption d’acides aminés dans l’intestin en raison d’un manque d’enzymes digestives ou de sécrétion d’acide gastrique ou par dysbiose intestinale qui atteint 80% de la population.

 

Des lèvres épaisses, principalement dans la partie médiane, sont généralement dues à une hypothyroïdie.

Des allergies-intolérances-sensibilités alimentaires seront découvertes suite à une consultation esthétique :

Un visage bouffi, un eczéma, une perte de cheveux si associés à des crampes abdominales et/ou ballonnements et/ou diarrhée-constipation feront bien entendu plus qu’évoqué une dysbiose (qu’elle soit bactérienne ou candidosique) alors que certains osent encore appeler « côlon irritable » « colon spastique » qu’ils iront même jusqu’à le traiter par spasmolytiques… (on traite en effet une rage de dents par de l’aspirine…)

Le traitement consistera bien entendu à éliminer ces deux « criminels » que sont le lait de vache [aliment conçu pour les veaux) et le gluten : cette protéine devenue une espèce d’alien non digestible par multiples sélections à partir du blé ancestral qui lui l’était, digestible.

 

Une peau sera inflammatoire, acnéique, voir eczémateuse si :

- les oméga 3 sont déficitaires dans l’alimentation : poissons gras, huile de poisson, huiles végétales riches en oméga 3 (lin, caméline, noix, noisette, lin, argan, colza…), noix, graines de lin moulues, …

- carence en cortisol : hormone qui est le véritable « pompier » du corps à dose physiologique.

- carence en anti-oxydants : coenzyme q10, vitE, vitA, mélatonine (ce neurotransmetteur qui nous fait nous endormir sans se réveiller en cours de nuit), Zinc, vitD,…mais également en magnésium, nicotinamide-B3

- excès de substances pro-inflammatoires : alimentation lactée (lait de vache), alimentation trop carnée, trop sucrée, excès de fer,

- déficit en aliments anti-inflammatoires : curcumin, thé vert-noir, polyphénols et caroténoides.

- présence d’une dysbiose intestinale (favorisée si pas causée par produits laitiers, gluten (blé et orge modernes : véritables aliens alimentaires)

- La réparation de l’intestin enflammé-poreux appelé «leaky gut syndrome» fera appel a divers prébiotiques, probiotiques, champignons [protocole de Donatini] selon les cas.

 

Plus récemment sont apparus des compléments alimentaires ayant un effet positif au niveau des télomères :

Télomères : Dans les années 70, Hayflick (prix Nobel de médecine en 2009) a mis en évidence le raccourcissement des télomères (bouts des chromosomes lors de chaque division cellulaire). Lorsque le raccourcissement est très important, la cellule ne peut plus se diviser et entre en sénescence c'est-à-dire que la cellule elle-même et toute la lignée dont elle dépend, meurt.

En 1978, Elisabeth Blakburn et ses collègues ont découvert des séquences répétitives d’ADN composant le bout des chromosomes télomères et le rôle des télomères et l’enzyme télomérase.

 

Depuis lors, les chercheurs n’ont cessé de trouver les moyens de rallonger les télomères en activant la télomérase: extraits d’astragale, Carnosine, Centrophenoxine, Pycnogenol, Reveratrol, nicotinamide-Riboside / nicotinamide / vitamine B3 qui ont d’ailleurs une action synergique. Une méthode brevetée d’extraction des substances actives de l’astragale est détenue par une firme Américaine (TA sciences). Outre la forme gélules commercialisée depuis une dizaine d’années, la forme crème a été mise sur le marché plus récemment. Déjà, des études2 concluantes ont été réalisées quant a son efficacité au niveau de la prévention des rides et dans taches cutanées inesthétiques (solaires et autres)

 

2. Demonstrated Improvement of Prematurely Aged Skin by Oral Intake of TA-65® Fredric Stern MD, FACS, The Stern Center for Aesthetic Surgery, P.C., Bellevue, WA 98004 Study sponsored by TA Sciences, Inc., 420 Lexington Ave., New York, NY 10170

 

La centrophenoxine réduit le dépôt de lipofuscine (fragments de membranes, de protéines endommagées et d'acides gras): toxine due au vieillissement qui se dépose dans la peau, le cerveau, le coeur et les poumons. On retrouve cette lipofuschine dans les dépôts présents dans les cerveaux des patients souffrant d’Alzheimer.

 

Conclusion : la médecine et la chirurgie esthétique n’échappent pas à la nécessité d’acquérir une vue “holistique” sur son patient. Ne pas détecter une déficience hormonale/vitaminique/nutritionnelle alors qu’il y a des signes d’appels esthétiques peut nous discréditer, mais également créer énormément de tort à nos

patients.